Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 15:34

Je vous présente aujourd'hui un poète de ma région, Pierre Comte.
Régalez-vous de ses mots !

Léger tu me faisais léger

Comme la musique à prononcer ton nom

Comme la douceur du vent à caresser la joue

Léger comme ton amour à pénétrer mon cœur

Ainsi les mots à s’envoler de ta bouche

Jusqu’à la mienne viennent et touchent

Dans un langage de douceur

Un parler de tous les jours

Qui se réinvente chaque matin

Pour des mots sans ombre

Pour un prénom de nuit.

Mon corps comme mon esprit

La terre ne touchait plus.

 

J’aime

Sur ton visage

Voir arriver

La métamorphose du sourire

Celle qui lentement

vague par vague

forme des plis joyeux

J’aime

Quand tes yeux s’ouvrent

Et ruissellent de lumière

au chant de la vie

J’aime

Quand tes paupières

S’agitent au rythme de ton bonheur

Alors à cet instant

Je sais que la défaite trébuche

devant cet ensemble cristal




Pierre Comte

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 17:56
Mise en scène par Jacky

Chante, belle colombe,

Chante ton chant le plus doux

Pour les cœurs épris d’Amour.

 

Roucoule, belle colombe, et manifeste-toi,

Porteuse du rameau d’olivier.

 

Chante, bel oiseau blanc, symbole de pureté,

Chante, bel oiseau divin, pour apaiser le monde.

 

Chante dans mon cœur,

Chante dans tous les cœurs pour les brûler

Du feu dévorant de l’Amour.

 

Laisse le chœur des anges d’accompagner

Car tu es toi-même un Ange de Lumière.

 

Chante, bel oiseau, la beauté de Dame Nature

Et de son Créateur.

 

         Aurélie Connoir

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 17:47

Do, ré, mi, fa, sol, la si,

voilà sept notes de musique,

sept notes de mélodies futures,

sept notes, base de tous les rêves,

sept notes, base de tous les bonheurs,

sept notes, base de toutes les émotions.

Do, ré, mi, fa, sol, la si,

Sept  notes Mozart,

Sept notes Bach,

Sept notes Beethoven.

Ces notes, je les entends dans ma tête.

Ces notes jouent une symphonie.

Ces notes jouent ma symphonie.

Ces notes pour le moment

Sont jouées dans le désert.

Ces notes, personne ne les entend,

Personne ne les reçoit.

Seul mon compagnon de rêve les reçoit, et pourtant

Elles sont bien là à danser autour de moi.

 

Do, ré, mi, fa, sol, la, si,

Notes descendues du ciel pour amener la paix,

Comme des Anges de Noël.

 

Aurélie Connoir

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 20:59

 

Mise en scène par Jacky

Pourquoi veux-tu préparer la guerre pour avoir la paix ?

 

Tais-toi ! On ne possède pas la paix !
La paix se mérite

Pas besoin de la force pour mériter la paix,

La paix est au plus profond de nous-mêmes

Là où notre âme se recueille pour prier, sont père et frère en même temps

C'est en nous unissant à lui que nous aurons la paix.
Alors, les chimères de l'humanité s'effaceront comme par enchantement.

C'est dans la nudité de l'être que nous obtenons la paix,

Là où l'égo est anéanti;

Là où l'orgueil est détrôné.
Abandonnons nos richesses matérielles,

Acceptons d'en être détrônés, nous serons les fils du créateur.

Il élève les humbles, les laisser pour compte,

Elle est là, la vraie paix, dans les belles paroles du magnificat

Alors laissons nous détrôner par Dieu, il nous élèvera à Lui.

Voilà la paix que j'ai acquise dans ma limitude.

Je suis heureuse avec toi tout simplement. 


En m'évoquant moi l'inutile de la société Dieu comblera ses enfants

Si vous évoquez ma limitude Dieu vous donnera son infinitude

Voilà la source de mon bonheur


Aurélie Connoir

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 23:18

A Ghislaine

  

Pas de sourire doux sur la bouche d'Agathe,

Mais un rictus amer au mystère inviolé ;

Pas de tendre caresse au bout des doigts d'Agathe,

Mais des serres d'oiseau pour prendre et pour garder ;

Pas de mots roucoulés dans la gorge d'Agathe,

Mais des cris arrachés à ses terreurs cachées.

 

Quels secrets sont scellés par les lèvres d'Agathe ?

Fantômes de placard qu 'elle n'ouvrira pas,

Quels horizons fermés aux paupières d'Agathe ?

Univers parallèles que nous ne saurons pas,

Quel désespoir fiché au vif du cœur d'Agathe ?

Douleur indescriptible qui ne se dira pas.

 

Peut-être, bien serrées dans la paume d'Agathe,

Des graines de soleil attendent-elles d'éclore ;

Peut-être que, parfois, derrière les cils d'Agathe,

Naissent des arcs-en-ciel, de radieuses aurores,

Et qu'un arpent de bleu s'étoile pour Agathe

D'astres fantasmatiques que les autres ignorent…

 

 De la coque de pierre où s'est enclose Agathe

Trouverons-nous la faille, la fêlure esquissée ?

Pas à pas saurons-nous, au noir des nuits d'Agathe,

Nous glisser, mot à mot, pour ne pas la briser ?

Pour abattre les murs de la prison d'Agathe

On se prend à rêver… S'il suffisait d 'aimer !

 

                 Anick Baulard

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 11:51

La brume sur la terre éclaircit la semence.
Glacé, le vent du nord recouvre les moissons
Les crachins de la pluie errent sur les buissons ;
Plénitude, les cieux délivrent leur clémence.
Les oiseaux dans l’azur couronnent la dormance
Lumineux, le jardin ravive les plançons …
La brise sur les fleurs exhale des chansons ;
L’herbe des prés s’agite, influx de transhumance.
Un chapelet d’oseille éclot sous les rosiers …
Les hortensias bleus font de l’ombre aux fraisiers
Fragrance balsamique, effluves de la ferme ;
Le vieux fourneau grésille en longs gémissements
Sous la braise, la cendre, un feu que l'on enferme.
Je me pose enfin là. Subtils frémisements.

 

 

Marie-France Moriaux (Le Verneuil)

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 10:50

Va, enfant chéri,

Notre Amour, notre Vie.

Pars vers cet univers serein.

Ici-bas, rien ne te retient.

 

Ôte ce manteau de chair

Et habille-toi de lumière.

Va vers ce monde divin,

Ton but, tu l’as atteint.

 

De ce pays mitoyen,

Excuse notre chagrin,

Essuie nos sanglots

Et trouve le repos.

 

Va, enfant chéri,

Notre Amour, notre Vie.

Dans ce monde d’absolu

Elève-toi vers ton salut.

 


Yvonne 0llier

 

 

Repost 0
Published by Jacky Du Béarn - dans poésies d'amis
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky Du Béarn
  • Le blog de Jacky Du Béarn
  • : Ma région, mes passions, mes diaporamas, mes voyages, France, ville,
  • Contact

  • Jacky Du Béarn

Recherche